Quelle spiritualité pour notre société?

intégrisme et spiritualité
spiritualité pour aujourd’hui

Pour beaucoup d’entre nous, notre société moderne est un environnement dans lequel il nous est difficile de trouver le sens de notre existence, la place que nous occupons dans le monde. Notre société est globalisée, mais nous, en tant qu’individus, nous nous sentons atomisés et parfois perdus ou insignifiants. 

Nous ne pouvons plus compter sur les structures traditionnelles ni sur les modèles et rôles établis qui aidaient encore nos grands-parents, peut-être un peu nos parents, à trouver leur place dans le monde, à structurer leurs personnalités, à faire leur chemin dans cette existence. Chacun de nous doit trouver tout seul comment construire sa personnalité et ses valeurs, et comment envisager son parcours de vie. 

C’est une autonomie qui est précieuse et qui représente beaucoup de liberté que nos ancêtres ne pouvaient même pas imaginer. Mais c’est aussi un vertige: nous vivons souvent cette autonomie et cette liberté comme un fardeau. Elle est déconcertante, déstabilisante. Elle peut devenir, selon les moments de nos vies et les difficultés que nous rencontrons, une source d’angoisse et un vide menaçant.

Dans les sociétés traditionnelles qui nous précédaient, la spiritualité jouait un rôle important dans la structuration de l’individu et de la société, au nom de l’autorité de la religion et d’un dieu garant de l’ordre social. 

La religion a perdu ce rôle, et heureusement, cette autorité normative qu’elle exerçait au nom d’un dieu dont elle croyait avoir le monopole, a été détrônée. L’espace de liberté que cela a ouvert est énorme: pour les femmes, pour les minorités, pour les individus… Mais cela a aussi créé un vide énorme, et le vide fait peur.

Rien n’a pu prendre cette place, rien n’a pu remplir ce vide avec la même capacité structurante, quoique les tentatives aient existé: ni l’Etat providence, ni la science, ni la politique, ni l’utopie, pour en citer quelques-unes. 

La tentation est alors grande de fermer les fenêtres à toute cette liberté et à l’espace angoissant qu’elle ouvre, et de se tourner vers des systèmes qui prétendent réintroduire la sécurité d’un passé fantasmé. 

Dans les années 70 et 80, c’est ce qui s’est passé avec l’engouement pour les sectes et les mouvements religieux de type sectaire.

Aujourd’hui, je l’observe bien plus dans le retour, si universel et si malheureux, de tous les intégrismes: l’intégrisme musulman, bien sûr, qui fait trop souvent les gros titres. Mais chaque religion et chaque culture dans le monde aujourd’hui voit se courant se manifester sous des formes multiples, que l’intégrisme soit catholique, évangélique, orthodoxe, bouddhiste, hindouïste.

C’est dans ce contexte que je voudrais plaider pour une redécouverte d’une spiritualité libre et saine, une spiritualité qui saisisse et embrasse joyeusement la réalité du jour où nous nous trouvons, avec cet espace formidable de liberté qui nous est offert. 

Car en effet la femme et l’homme globalisé que nous sommes ont sans aucun doute besoin de spiritualité, d’intériorité, pour se construire, pour être soutenus dans un parcours de vie rendu incertain par les évolutions du monde et de la société, où les repères sont mouvants et les défis nombreux.

Il y a des signes que cette redécouverte est à l’ordre du jour: on le sent dans l’intérêt tant du public que des scientifiques et des institutions pour la méditation et le yoga, pour l’interreligieux et le dialogue entre religions, dans l’intérêt de plus en plus marqué pour le slow, la marche, le silence, dans la thérapie intégrative.

Qu’est-ce qui va caractériser une spiritualité capable de vraiment répondre aux défis  et aux besoins de moment particulier où nous nous trouvons?

C’est précisément ce qui va différencier cette spiritualité de tout intégrisme: une spiritualité qui profite de l’espace de liberté formidable ouvert par le choc et le mix de cultures et de courants de pensées rendu possible par notre mondialisation en marche.

Voici quelques caractéristiques d’une telle spiritualité:

  • elle puise dans des sources traditionnelles, mais elle ose les réinterpréter, les combiner, les adapter au moment et à ses caractéristiques et besoins
  • elle puise en même temps aux sources de la science et des découvertes récentes, et ose expérimenter, réfléchir, évaluer, s’enrichir de ces apports.
  • elle laisse l’individu libre et responsable de son cheminement, tout en lui donnant des outils de sens
  • elle est intégrative, elle ne crée plus de frontières, de séparations, d’exclusions, mais nous aide à trouver notre place dans les ensembles mouvants dans lesquels nous évoluons

Pour aller plus loin dans la démarche, avec un accompagnement individualisé